Les Amis de la Gendarmerie

45 Boulevard Vincent Auriol - 75013 PARIS - Tél. 01 45 83 71 49 - Siret 78485677500035

Revue n° 338

 

revue_338Mai 2022

Gend Info n° 413


large

Mars/Avril 2020

05-2003-03-271.jpg

Accès rédacteur

Qui est en ligne ?

Nous avons 50 invités et aucun membre en ligne

Photo ConcertLes Amis de la Gendarmerie ont fêté les 90 ans de leur association et des 10 ans d’une réforme qui a conduit à son renouveau, avec un concert donné par l’orchestre de la Garde républicaine et le chœur de l’Armée française.

Pour les 500 spectateurs réunis dans le manège du quartier des Célestins, ce fut le premier concert depuis de nombreuses années. Les travaux de réhabilitation, puis la crise sanitaire ont en effet empêché qu’au début de chaque été, les notes de musique se mêlent aux chants des oiseaux, pour le concert annuel de la gendarmerie.

Ce sont donc les Amis de la Gendarmerie qui ont ouvert cette nouvelle période musicale dans le célèbre manège rénové du quartier des Célestins, avec le soutien de la Garde républicaine. Le colonel BOULANGER, chef d’orchestre, leur a offert, ainsi qu’à leurs invités, une prestation exceptionnelle. Il leur proposa avec son orchestre, un programme flamboyant avec OFFENBACH, BIZET et RIMSKY-KORSAKOF. Puis avec le chœur, après quelques airs contemporains, il les a invités à l’opéra, rejoindre WAGNER, GOUNAUD et VERDI.

Pour la première fois dans cette enceinte, le chœur de l’armée française était placé devant l’orchestre. Ce fut une situation exceptionnelle, au contact du public, pour une formation qui fêtera ses 40 ans l’année prochaine. La mise en place de la salle dès la veille a permis d’offrir un premier concert aux familles de la Garde républicaine en guise de répétition générale.

Photo AGLes Amis de la Gendarmerie ont tenu leur assemblée générale le samedi 25 juin 2022 au siège de la DGGN à Issy-les-Moulineaux avec 250 délégués et accompagnants.

L’assemblée générale 2022 qui s’est tenue à la direction générale de la gendarmerie nationale marquera les esprits, puisque les congressistes ont utilisé les pleines capacités de l’amphi Moncey, plein à craquer. Cette réunion a vu l’approbation du rapport d’activité, du rapport financier, du montant des cotisations et de l’abonnement à la revue, puis permis de donner quitus aux administrateurs, le tout à 99% des suffrages exprimés lors d’un vote préalable par correspondance. Le montant de la dotation de fonctionnement de rayonnement et de soutien des comités a également été approuvé à 90%.

À l’issue de cette élection, quatre administrateurs ont été reconduits Michèle MORATO, Michel FOUCAULT, Anne-Marie ESCOFFIER et Jacky LAMBERT, tandis que deux nouveaux présidents de comité ont rejoint le conseil d’administration, à savoir Francis PITIÉ, président du comité de Toulouse-Saint-Michel et Anddy COSSARD, président du comité de Belfort. Le bureau national a été reconduit, Michèle MORATO succédant à Michèle MERY comme secrétaire générale adjointe. Cette dernière, quittant Paris pour les Hauts-de-France, prend la présidence du comité d’Arras.

Les Amis de la Gendarmerie ont bénéficié du soutien très apprécié des services de la DGGN sous le commandement du colonel Vincent TROUSLARD, commandant du site, notamment du cercle mixte et du pool transport. À l’issue de la cérémonie de clôture, au cours de laquelle le général de division Olivier KIM intervenait au nom du directeur général et madame Christine HELARY-OLIVIER représentait le maire d’Issy-les-Moulineaux, ils se sont retrouvés pour un cocktail déjeunatoire dans l’Atrium de la DGGN.

Dossier 338 réduit

La lutte contre les violences intrafamiliales ayant été déclarée grande cause nationale, il est apparu important que notre association retienne ce thème pour son dossier du mois de mai.

La Gendarmerie nationale, dont la vocation première est d’assurer en tout temps et en tous lieux la sécurité des personnes et des biens sur 95% du territoire national, déploie, dans un cadre partenarial, un ensemble d’outils déjà très éprouvés.

Notre revue leur consacre un dossier complet qui passe en revue la doctrine, la prise en compte des victimes, les dispositifs de prévention et de protection, ainsi que la formation. Il donne largement la parole aux acteurs de terrain à travers des témoignages et fait un focus sur les maisons de protection des familles créées en appui des brigades territoriales.

Le choix de la gendarmerie de combattre les violences intrafamiliales ouvre un champ d’action plus large que celui des seules violences conjugales qui étaient la cible première du Grenelle de 2019. Cette capacité d’adaptation de la gendarmerie tient sûrement à la confiance qui lui est faite, à la parole qu’elle a su trouver, elle, hier « grande muette », pour innover et combattre toutes les injustices.

 

flammeLes Amis de la Gendarmerie sont devenus adhérents de « La Flamme sous l'Arc de Triomphe, Flamme de la Nation » marquant la vocation de notre association de promouvoir les valeurs de la Gendarmerie dans la société civile, auprès des jeunes notamment, et de contribuer au devoir de mémoire. Notre prochain congrès sera marqué par un ravivage de la Flamme.

« La Flamme sous l'Arc de Triomphe, Flamme de la Nation » est une union d'associations régie par la loi du 1er juillet 1901. Elle regroupe environ 500 associations : associations d'anciens combattants, mais pas seulement. Elle a pour but raviver quotidiennement, au crépuscule, la Flamme sur la tombe du Soldat inconnu et plus généralement d'entretenir sa mémoire c'est-à-dire la mémoire de tous les combattants français et alliés tombés au champ d'honneur.

En devenant membres de cette union d’association, nous sommes à présent « chez nous » lors du ravivage du 16 février. Nous procèderons à un ravivage de la Flamme réservé aux Amis de la Gendarmerie, le samedi 25 juin 2022 à l’occasion de notre congrès annuel. Notre association affirme ainsi sa présence au plan national au sein du monde patriotique, sachant qu’elle est déjà membre du comité national d’entente des associations patriotiques.

Revue 337La revue n° 337 du mois de février des Amis de la Gendarmerie est diffusée. Elle comprend un dossier particulièrement instructif sur la cybercriminalité et des pages d’histoire exceptionnelles, retraçant l’histoire du maintien de l’ordre et des violences qui y sont souvent associées.

Le dossier trimestriel présente la cybercriminalité dans ses différentes formes et l’action menée par la gendarmerie dans un cadre interservices et souvent international. Il donne la parole à des hauts responsables et aux acteurs de terrain, permettant de mieux comprendre les menaces et l’organisation de la lutte, pour une meilleure cybersécurité. Enfin il propose un supplément de 16 pages pour réagir face aux risques numériques.

À travers des pages d’histoire d’une actualité éclatante, le général d’armée (2S) Jean-Régis VECHAMBRE remet à leur place les notions de maintien de l’ordre, de violences légitimes et illégitimes, telles qu’elles se conçoivent dans un état de droit, dans lequel les manifestations sont autorisées, et où la force publique protège contre la violence et s’y oppose.

Enfin cette nouvelle édition relate des sujets aussi divers que le budget 2022 de la gendarmerie, les assises de l’action sociale, des réflexions sur l’ordre public, ou la présentation d’un peloton de surveillance maritime et portuaire. Le comité de rédaction vous souhaite une bonne lecture.

DossiersAfin de s’assurer que le contenu de la revue corresponde à la réalité de la gendarmerie d’aujourd’hui il est apparu nécessaire de se tourner vers la DGGN, tant pour sélectionner les thèmes des prochains dossiers que pour examiner la pertinence du plan de diffusion de la revue.

Le général de corps d’armée (2S) Jean COLIN, président national, le général de division (2S) Pierre DURIEUX, président honoraire et rédacteur en chef de la revue, accompagnés de la capitaine Laura LENS, présidente du comité Paris-Junior en charge du dossier de la revue du mois d’août, se sont rendus à la DGGN pour rencontrer la lieutenante-colonelle Diane BEUCLER du cabinet du directeur général, afin de procéder à un tour d’horizon de la programmation des thèmes et d’examiner le contenu du dossier d’août qui sera consacré aux primo-intervenants.

La revue trimestrielle des Amis de la Gendarmerie est en effet devenue une véritable publication professionnelle destinée à faire connaître la Gendarmerie à ses 17 500 lecteurs. Outre les adhérents abonnés et bienfaiteurs (7 000 ex.) et les unités de gendarmerie (6 000 ex) elle est envoyée aux préfets, présidents de conseil départemental, magistrats chefs de juridiction, membres de l’IGA, journalistes de défense et de sécurité, et diverses personnalités. Elle est adressée en outre à tous les députés et sénateurs. Cette liste, non limitative pourrait être complétée en fonction des besoins.

Dossier 337Dans un contexte où le numérique envahit notre vie, créant de nouveaux espaces, mais également de nouvelles menaces, il a semblé important de consacrer tout un dossier à la cybercriminalité, au moment où la gendarmerie vient de créer le ComCyberGend.

Pour lutter contre ce nouveau fléau qu’est la cybercriminalité, il est indispensable d’en comprendre les divers aspects pour être efficace. Si la Gendarmerie œuvre depuis de nombreuses années dans ce domaine complexe, il lui est apparu nécessaire d’accroître sa force en réorganisant son dispositif et en créant début 2021 le CyberComGend.

Son chef, le général de division Marc BOGET, nous explique pourquoi cette nouvelle structure favorise l’efficience et la lisibilité, tandis que le général de corps d’armée Jean-Philippe LECOUFFE, directeur exécutif adjoint des opérations d’Europol, évoque le cadre européen de la lutte, et que le général d’armée (2S) Marc WATIN-AUGOUARD fondateur du forum international de la cybersécurité de Lille atteste du rôle moteur de la gendarmerie face à la cybermenace.

Les acteurs de terrain ne sont pas en reste : le réseau CyberGend traque les cyberpreuves et recherche les traces numériques sur les scènes d’infraction pendant que les enquêteurs NTech agissent contre les nouveaux modes opératoires de la criminalité numérique. Toujours en quête d’innovation, une place importante est aussi accordée à la recherche et au développement. Enfin, ces engagements sont complétés par des actions de sensibilisation et de formation.

Ce dossier exceptionnel consacrée à la cybercriminalité propose, en outre, dans sa partie centrale un supplément détachable de 16 pages comprenant des éléments du kit de sensibilisation conçu par cybermalveillance.gouv.fr et une liste de services disponibles en ligne vers qui se tourner lorsque on est une cybervictime. Il constitue un outil de prévention utile et pédagogique.

hommageComme chaque année le 16 février 2021, les associations signataires de la charte gendarmerie sont conviées à une rencontre avec la DGGN avant la cérémonie annuelle d’hommage et le ravivage de la Flamme à l’Arc-de-Triomphe. Les Amis de la Gendarmerie étaient représentés par leur président national.

Le général de corps d’armée (2S) Jean COLIN a participé avec les autres associations à une matinée d’information ouverte par le général de corps d’armée Bruno JOCKERS, major général de la gendarmerie qui a fait un point de situation sur l’institution, avant de céder la parole au général de corps d’armée Bruno ARVISET, nouveau directeur du personnel militaire de la gendarmerie. Leur ont succédé le général de division Jean-Valéry LETTERMANN, commandant le SIRPA gendarmerie, puis le général Louis-Mathieu GASPARI et la capitaine Leila BENMOKHTAR du secrétariat général du CFMG.

Les représentants des associations se sont ensuite rendus aux Invalides, pour l’hommage national aux morts de la gendarmerie, devenu l’hommage national aux héros de la gendarmerie qui s’est achevé par le nouveau chant de la gendarmerie où, dans la cohésion et la fraternité, nous nous retrouvons autour de ses valeurs et de sa militarité. S’en est suivi le traditionnel ravivage de la Flamme à l’Arc-de-Triomphe. Aux deux cérémonies, le drapeau des Amis de la Gendarmerie était porté par Gérard DECAYEUX du comité 94-3-Maisons-Alfort.

photo CA Avec un poste de membre permanent au sein du conseil d’administration (CA) de la Fondation Maison de la Gendarmerie, les Amis de la gendarmerie se positionnent comme un acteur de l’action sociale au profit des personnels de la gendarmerie et de leur famille. Ils étaient ainsi représentés par leur président national à la réunion du 25 janvier 2022 de ce CA.

Notre association a pour vocation de soutenir le gendarme dans l’exécution de ses missions au service de la population et de rayonner au profit de la gendarmerie nationale. Si l’action sociale ne figure pas dans l’objet de l’association, cette dernière entend œuvrer socialement au profit des personnels de la gendarmerie à travers la Fondation Maison de la Gendarmerie. En effet, depuis 80 ans, la Fondation, reconnue d’utilité publique, est un acteur majeur de l’accompagnement social de la communauté Gendarmerie.

Les Amis de la Gendarmerie soutiennent la Fondation et lui reversent les produits ayant un objet social. C’est le cas pour les concerts caritatifs qu’ils organisent ou pour les appels à dons lors d’évènements exceptionnels (ex. ouragan Irma, inondations dans les Alpes-Maritimes, mort du colonel Beltrame). Au sein du conseil d’administration, ils appuient les projets menés conjointement avec la Caisse nationale du gendarme dans le cadre de l’Entraide Gendarmerie. Avec cette dernière ils ont conclu un partenariat rédactionnel pour faire connaître l’Entraide à travers la revue.

Revue 336Notre revue du 4e trimestre 2021 est en cours de publication. Comme pour la dernière édition, les contraintes sanitaires ont rallongé les délais d’élaboration, puis d’acheminement de notre publication. Nous nous en excusons auprès de nos lecteurs.

Le dossier de cette revue présente la très grande diversité des missions de la Gendarmerie mobile engagée outre-mer, où la Gendarmerie nationale exerce seule la responsabilité de l’exécution des missions de sécurité et de paix publiques sur 98 % de la superficie et 70 % de la population. Unique force mobile prépositionnée, nos gendarmes mobiles sont engagés au quotidien sur tout le spectre missionnel, de la sécurité au quotidien jusqu’au maintien de l’ordre. Ils agissent souvent dans un environnement dégradé et parfois hostile, où les qualités individuelles et la cohésion collective sont essentielles. 

Cette édition vous fait également découvrir le « Centaure », nouveau véhicule blindé de la Gendarmerie nationale qui succèdera prochainement aux VBRG. Il permettra à la gendarmerie mobile de rester un acteur majeur de la paix publique, dans le cadre du schéma national du maintien de l’ordre qui prévoit l’acquisition de matériels nouveaux pour accompagner les adaptations nécessaires à la conduite des opérations de rétablissement de l’ordre. Dans la rubrique « Histoire », le général d’armée (2s) Jean-Régis VECHAMBRE livre son analyse de l’évolution des effectifs des forces mobiles au maintien de l’ordre.

Lettres 2021Les 14 500 courriers, comportant l’appel à cotisation pour 2022 et le reçu fiscal pour les cotisations et dons enregistrés en 2021, ont été envoyées comme chaque année au cours de la semaine précédant Noël. Ces envois comportent deux nouveautés importantes. La première consiste en l'adjonction d'une enveloppe T préaffranchie, permettant aux adhérents payant par chèque de le faire en toute simplicité (pas d'adresse à écrire, pas de timbre) et en sécurité (les enveloppes sont remises au secrétariat par le facteur et non glissées dans la boite aux lettres). La seconde est l'impression du QR code de la boutique sur la lettre, permettant d'aller directement dans la boutique de l'association en scannant le QR Code.

A noter l'offre promotionnelle pour les adhérents qui renouvelleront leur cotisation par la boutique en ligne entre le 1er janvier et le 28 février 2022 en réglant par carte bancaire. Ils bénéficieront d’une réduction de 30 % sur le prix de l’abonnement. L’adhésion + abonnement leur reviendra ainsi à 32 €. Enfin, pour simplifier la gestion financière de la boutique, il ne sera plus possible de régler les commandes et renouvellement d’adhésion par virement bancaire. Source de confusion et absence de lisibilité, ce mode de règlement n’était utilisé en 2021 que pour 55 commandes sur plus de 2000, sachant que dans le même temps, 88 commandes ont été annulées, les clients s’étant trompés entre virement et règlement par CB.

Actualités régionales